Thursday, June 06, 2019

L’imam Bassem Al-Sheraa de Detroit : Battre sa femme sert à lui rappeler qu’elle s’est mal conduite

http://memri.fr/2019/06/04/limam-bassem-al-sheraa-de-detroit-battre-sa-femme-sert-a-lui-rappeler-quelle-sest-mal-conduite/

L’imam Bassem Al-Sheraa de Detroit : Battre sa femme sert à lui rappeler qu’elle s’est mal conduite

L’imam chiite Bassem Al-Sheraa a déclaré, lors d’un cours enseigné au Centre islamique Az-Zahraa de Detroit, à Michigan, que lorsque le Coran parle de battre sa femme, il fait allusion à des coups indolores administrés avec un sewak, petite branche dentaire. Il a expliqué que le but de ces « coups » est de rappeler à la femme qu’elle s’est mal conduite, et qu’il ne faut y recourir que si la réprimande verbale et la désertion du lit conjugal n’ont pas modifié son comportement. L’imam Al-Sheraa a comparé les « coups » à celui que l’on donne à un enfant qui veut toucher une prise électrique ou avaler quelque chose de dangereux. 
La vidéo a été mise en ligne sur la chaîne YouTube du Centre islamique Az-Zahraa le 27 mai 2019. Pour plus d’informations sur l’imam Bassem Al-Sheraa, voir MEMRI en français : Bassem Al-Sheraa, imam chiite de Detroit : Les juifs ont prostitué leurs femmes, tué des prophètes et recouru à l’usure pour s’accaparer le pouvoir, 14 février 2019. Extraits :
Bassem Al-Sheraa : Les versets coraniques que l’on cite pour s’en prendre à l’islam, disant que l’islam permet de battre sa femme… Qui a dit que « les battre » signifie leur faire mal ? Le prophète Mahomet a expliqué ce verset coranique. Il a dit que « les battre » signifie les frapper avec un sewak. Un sewak est une branche utilisée pour se nettoyer les dents… C’est le sewak. Les coups ne doivent pas infliger de douleur.
Selon la jurisprudence islamique, si vous battez [votre femme] et qu’une quelconque partie de son corps en devient rouge, vous devez verser une indemnité. Quels coups ne sont pas douloureux ? [Le Prophète] a dit que les coups doivent lui rappeler qu’elle s’est mal comportée, lorsque les paroles [de réprimande] ne lui ont pas fait changer d’attitude.
D’abord, l’époux respecte [l’injonction] « déserte sa couche ». Il lui tourne le dos. Mais si elle dit : « Tant mieux, je suis mieux [ainsi]. Je ne veux pas voir ton visage. Retourne-toi » ? Il peut la rabrouer, refuser de lui parler… Mais si elle dit : « Je m’en moque » ? Et la réprimander n’aide pas non plus… C’est exactement comme quand votre enfant tend la main vers une prise électrique ou du feu… Que faites-vous ? Vous faites cela ! [il se tape la main]. C’est exactement comme quand votre enfant ramasse quelque chose de dangereux pour l’avaler… Vous lui tapez la main comme ceci en guise de rappel. C’est un rappel et un moyen de se faire comprendre. Voilà ce que signifie « frapper ».

Qui sommes-nous ?

L’Institut de recherche des medias du Moyen-Orient (MEMRI) explore le Moyen-Orient à travers les médias de la région. MEMRI crée un pont entre l’Occident et le Moyen-Orient au moyen de traductions de médias arabes, turcs et farsis, et d’analyses originales des tendances politiques, idéologiques, intellectuelles, sociales, culturelles et religieuses de la région.
Créé en février 1998 pour apporter des éléments d’information au débat sur la politique américaine proche-orientale, MEMRI est une organisation indépendante, non partisane, à but non lucratif. Ses bureaux sont situés à Londres, Tokyo, Rome, Bagdad et Jérusalem. MEMRI fournit des traductions en anglais, allemand, espagnol, français, hébreu, italien et japonais.
Pour tout renseignement d’ordre général, cliquez ici.