Wednesday, October 31, 2018

Abeer Kayed, professeur de sciences politiques, commente l’attentat de Pittsburgh : Les juifs semblent s’attribuer le mérite de l’existence des États-Unis

http://memri.fr/2018/10/29/abeer-kayed-professeure-de-sciences-politiques-a-washington-lattaque-de-la-synagogue-de-pittsburgh-nest-pas-un-crime-de-haine-trump-en-est-le-responsable-les-medias-et-le-lobby-sioniste-en/

Abeer Kayed, professeur de sciences politiques, commente l’attentat de Pittsburgh : Les juifs semblent s’attribuer le mérite de l’existence des États-Unis

Selon Abeer Kayed, professeure de sciences politiques à l’Université Howard de Washington, l’attaque de la synagogue de Pittsburgh est « strictement politique » et ne relève pas du crime de haine, mais les médias essaient d’en dénaturer le mobile. Elle a lié l’attaque au « pouvoir du lobby sioniste » et à la « signification historique du rôle des juifs dans la vie américaine ». C’est « comme s’ils [les juifs] s’attribuaient le mérite de l’existence des États-Unis », a-t-elle observé, ajoutant que le président des Etats-Unis Trump était responsable car « la haine et le racisme dans son discours » incitent à de tels crimes. Ses propos ont été diffusés sur la chaîne télévisée Al-Araby, basée au Royaume-Uni, le 28 octobre 2018, au lendemain de l’attentat. Extraits :
Animateur : Pourquoi le crime [de l’attaque de la synagogue de Pittsburgh] a-t-il été qualifié de « crime de haine » et non de crime terroriste ? […]
Pr Abeer Kayed : Tout d’abord, parce que l’auteur de ce crime est un Américain chrétien blanc. Il existe des classifications spécifiques pour chaque crime. Lorsque l’auteur est un musulman arabe, il est immédiatement considéré comme un terroriste. S’il est latino, il est considéré comme atteint de troubles mentaux. Et ainsi de suite. S’il est afro [américain], on vous raconte qu’il est toxicomane ou qu’il a un casier judiciaire. Ce n’est pas le cas. Nous avons ici un homme blanc qui a commis un crime, et j’appelle cela un crime du terrorisme intérieur. Pourquoi ? Si nous examinons ce qui a motivé Robert Bowers à perpétrer cet attentat terroriste, nous voyons qu’il avait écrit sur ses pages de réseaux sociaux qu’il voulait se venger des juifs, car des organisations juives aident les transports d’immigrants – Latinos et autres – à se rendre aux États-Unis. Ainsi, la raison est strictement politique. Je ne comprends pas pourquoi les médias tentent de dénaturer le mobile. Le mobile est strictement politique, alors pourquoi les médias le transforment-ils en haine ? Ce problème concerne l’opinion publique américaine et les juifs américains et il sera traité totalement différemment, d’abord à cause du pouvoir du lobby sioniste ici, puis en raison de l’importance historique du rôle des juifs dans la vie américaine. C’est pourquoi ils bénéficient de plus de compassion, comme si le mérite de l’existence des Etats-Unis leur revenait.
Animateur : Vous dites que le problème est la distorsion faite par les médias. Quelle en est la raison ?
Pr Abeer Kayed : Les raisons de cette distorsion sont les suivantes : premièrement, nous sommes confrontés à un président qui doit rendre des comptes au ministère de la Justice. J’assume mes propos. Et cela pour plusieurs raisons. Depuis que Trump a été élu, et même pendant sa campagne électorale, ses slogans étaient : « Fermez toutes les mosquées », « bannissez l’islam », « l’islam terroriste », etc. Ses slogans étaient hostiles dès le début et son discours de haine était prédominant depuis le début. C’est ce qui a poussé les populistes américains à l’élire. Il a été élu sur un programme purement raciste. Personne ne nie la haine ou le racisme dans le discours de Trump, qui a incité non seulement Robert Bowers et consorts, mais bien d’autres. Comme dans toute société normale, nous avons des cellules dormantes. Cette idéologie ressemble à l’idéologie d’Ossama Ben Laden. L’idéologie d’Ossama Ben Laden s’est propagée dans les esprits faibles. Il en va de même pour les États-Unis. Nul besoin d’être musulman et arabe pour être un terroriste. Lorsque le président Trump incite à la haine et prononce des discours hostiles envers tout le monde, il est sans nul doute la raison de tels crimes aujourd’hui.

Qui sommes-nous ?


L’Institut de recherche des medias du Moyen-Orient (MEMRI) explore le Moyen-Orient à travers les médias de la région. MEMRI crée un pont entre l’Occident et le Moyen-Orient au moyen de traductions de médias arabes, turcs et farsis, et d’analyses originales des tendances politiques, idéologiques, intellectuelles, sociales, culturelles et religieuses de la région.
Créé en février 1998 pour apporter des éléments d’information au débat sur la politique américaine proche-orientale, MEMRI est une organisation indépendante, non partisane, à but non lucratif. Ses bureaux sont situés à Londres, Tokyo, Rome, Bagdad et Jérusalem. MEMRI fournit des traductions en anglais, allemand, espagnol, français, hébreu, italien et japonais.
Pour tout renseignement d’ordre général, cliquez ici.