Wednesday, April 25, 2018

Mahmoud Abbas accueille en personne un terroriste libéré, reçu en héros en Cisjordanie

http://memri.fr/qui-sommes-nous/


Qui sommes-nous ?


L’Institut de recherche des medias du Moyen-Orient (MEMRI) explore le Moyen-Orient à travers les médias de la région. MEMRI crée un pont entre l’Occident et le Moyen-Orient au moyen de traductions de médias arabes, turcs et farsis, et d’analyses originales des tendances politiques, idéologiques, intellectuelles, sociales, culturelles et religieuses de la région.
Créé en février 1998 pour apporter des éléments d’information au débat sur la politique américaine proche-orientale, MEMRI est une organisation indépendante, non partisane, à but non lucratif. Ses bureaux sont situés à Londres, Tokyo, Rome, Bagdad et Jérusalem. MEMRI fournit des traductions en anglais, allemand, espagnol, français, hébreu, italien et japonais.
Pour tout renseignement d’ordre général, cliquez ici.
http://memri.fr/2018/04/23/mahmoud-abbas-accueille-en-personne-un-terroriste-libere-recu-en-heros-en-cisjordanie/

Mahmoud Abbas accueille en personne un terroriste libéré, reçu en héros en Cisjordanie

Le 10 avril 2018, la chaîne télévisée de l’Autorité palestinienne a diffusé les images d’une célébration organisée en l’honneur de Rajaei Haddad, terroriste du Fatah, suite à 20 ans d’incarcération pour l’assassinat du citoyen israélien Gabriel Hirschberg en 1997. Le président Abbas s’est entretenu avec Haddad une heure durant, avant les festivités. Jamal Muhaisen, du Comité central du Fatah, a déclaré : « Notre message à l’occupation est que la question des prisonniers et des martyrs est pour nous la ligne rouge ». Extraits :
Journaliste : Le président Abbas a salué le prisonnier libéré [Rajaei] Haddad, à Jérusalem, pour souligner que nos dirigeants accordent la priorité à la question de nos prisonniers. Regardons la cérémonie de bienvenue.
« Malgré les efforts de l’occupation pour assombrir la joie à Jérusalem, les habitants de Jérusalem sont venus ici accueillir notre cher frère Rajaei, après 20 ans de prison. La joie est indescriptible. Que ressentez-vous après 20 ans ? »
Une femme palestinienne : C’est la joie la plus douce qui soit, plus douce que celle d’un mariage ou de quoi que ce soit d’autre. Nous attendons depuis 20 ans, et Allah soit loué, il est sorti sain et sauf. Avec l’aide d’Allah, les autres prisonniers seront aussi libérés. […]
Journaliste : Quel sera votre premier message depuis votre libération ?
Rajaei Haddad : Il va sans dire que mon premier message est celui de [la nécessité] d’une unité nationale. Je remercie Allah pour l’aide [du Premier ministre] Hamdallah et du [chef des renseignements Majed] Faraj. Les prisonniers se portent bien, et transmettent leurs salutations à tout le monde. Je veux dire aux prisonniers que tout le monde demande de leurs nouvelles. Le président m’a demandé des nouvelles de chacun d’entre eux. Je tiens à remercier le président pour cette rencontre. Il a libéré son emploi du temps pour que nous puissions nous rencontrer immédiatement après ma libération. Nous nous sommes entretenus pendant une heure entière, et il m’a écouté. Il s’est enquis des prisonniers, m’a écouté, et a tout noté. Le président transmet ses salutations [aux prisonniers]. Il a entendu ce que j’avais à dire. Tout ira bien, si Allah le veut. […]
Adnan Ghaith : Permettez-moi d’abord de saluer nos prisonniers qui se morfondent en prison. Ici, dans notre capitale Jérusalem, notre population accueille un chef, un héros et un combattant qui a sacrifié vingt ans de sa vie pour Jérusalem, la Palestine et notre grand peuple. […]
Jamal Muhaisen : Je suis très heureux de me joindre à la population de Jérusalem, notre capitale éternelle, pour accueillir ce chevalier du Fatah, qui a passé 20 ans dans les prisons de l’occupation israélienne, pour défendre notre terre, notre peuple, notre indépendance et notre liberté. Cette [célébration] est un message de loyauté aux prisonniers, aux héros. C’est également un message à l’occupation lui signifiant que nous traçons la ligne [rouge] sur la question des prisonniers et des martyrs.