Tuesday, January 09, 2018

Des manifestants saccagent une exposition sur l’Holocauste à la Bibliothèque nationale de Tunisie : l’Holocauste était un mythe et un mensonge

http://memri.fr/2018/01/07/des-manifestants-saccagent-une-exposition-sur-lholocauste-a-la-bibliotheque-nationale-de-tunisie-lholocauste-etait-un-mythe-et-un-mensonge/

Des manifestants saccagent une exposition sur l’Holocauste à la Bibliothèque nationale de Tunisie : l’Holocauste était un mythe et un mensonge

Des Tunisiens ont manifesté lors du vernissage d’une exposition sur l’Holocauste à la Bibliothèque nationale de Tunis, déchirant les affiches et scandant des slogans tels que « Libérez la Palestine. Les sionistes dehors ». 
Le professeur de l’Université tunisienne Habib Kazdaghli, organisateur de l’exposition, a déclaré que celle-ci avait pour objectif d’ « inciter nos enfants à aimer l’histoire » et qu’elle avait été organisée plusieurs mois avant la déclaration du président américain Donald Trump sur Jérusalem. 
Hamida Bessaad, chercheuse à la Bibliothèque nationale, s’est indignée : l’organisateur « veut que nos jeunes enfants apprennent l’histoire des juifs et s’informent sur leur Holocauste », alors que « les enfants de Palestine subissent un Holocauste depuis 1948 ». La militante de la société civile Kawthar Chebbi a qualifié l’Holocauste de « mythe vieux de plusieurs décennies » et de mensonge. L’activiste politique Omar Al-Majri a déclaré que l’Holocauste avait été « perpétré par le mouvement sioniste, en collaboration avec les nazis ». Ce reportage a été publié sur le site du magazine féminin arabe Meem Magazine, le 15 décembre 2017. Extraits : 
Manifestants : Libérez, libérez la Palestine. Les sionistes dehors. Libérez, libérez la Palestine. Les sionistes dehors. Libérez, libérez la Palestine. Les sionistes dehors. 
Texte : Des manifestants perturbent une exposition sur l’Holocauste à la Bibliothèque nationale de Tunisie. L’exposition est financée par le Musée de l’Holocauste de Washington, l’UNESCO, les Nations unies et la Fondation Rosa Luxembourg allemande. 
Habib Kazdaghli : C’est une exposition documentaire historique, qui explique et dénonce la propagande nazie. J’ai vu des expositions de grande envergure au siège de l’UNESCO en 2016. J’ai contacté le conservateur et je lui ai dit que s’ils pouvaient réduire les photos, nous pourrions les montrer à notre jeunesse. Les négociations concernant cette exposition se sont tenues il y a quelques mois. Par pure coïncidence, la déclaration de Trump [sur Jérusalem] a été faite maintenant, mais cela ne change rien. Ce que Trump a dit ne représente rien de nouveau. [Ils ont adopté une loi à ce sujet] en 1995. L’objectif de cette exposition est d’inciter nos enfants à aimer… Je suis historien, pourtant mes enfants n’aiment pas l’histoire. 
Hamida Bessaad : Nous sommes venus ici, en tant qu’employés de la Bibliothèque nationale, syndiqués, chercheurs et lecteurs, pour nous opposer à cette exposition, en particulier après avoir appris par la déclaration [de l’organisateur] qu’il projetait d’intégrer ceci dans les programmes scolaires. Il veut que nos jeunes enfants apprennent l’histoire des juifs et s’informent sur leur Holocauste. Il est contrarié par le fait que les enfants tunisiens ne connaissent pas l’Holocauste des juifs, mais pas par le fait que les enfants de Palestine subissent un Holocauste depuis 1948 à ce jour. […]
Les employés, intellectuels, lecteurs et chercheurs de la Bibliothèque nationale sont tous opposés à la normalisation [des relations avec Israël] et à la propagande en faveur des juifs. […] 
Kawthar Chebbi : Nos jeunes subissent un lavage de cerveau avec des mensonges et des mythes. Ce mythe vieux de plusieurs décennies sur un [prétendu] génocide du peuple juif par le régime nazi… C’est un mensonge pour promouvoir l’entité sioniste et l’« Etat d’Israël ». 
Les manifestants saccagent les affiches. 
Omar Al-Majri : L’Holocauste a été perpétré par le mouvement sioniste en collaboration avec les nazis, pour transférer les juifs en Palestine. C’est une vérité historique que Habib Kazdaghli se plaît à ignorer.