Tuesday, May 16, 2017

Un Internet propre de toute incitation djihadiste, une mission qui n’est pas impossible

http://memri.fr/2017/05/15/un-internet-propre-de-toute-incitation-djihadiste-une-mission-qui-nest-pas-impossible/

Un Internet propre de toute incitation djihadiste, une mission qui n’est pas impossible

Par Yigal Carmon *
Introduction
Les sociétés de médias sociaux commencent à perdre des revenus publicitaires en raison des contenus haineux qui apparaissent sur leurs sites. Certains grands annonceurs (Johnson & Johnson, Toyota, General Motors, Walmart, AT&T, HSBC, et d’autres) retireraient leurs annonces des plateformes de médias sociaux en raison du fait que leurs annonces côtoient des vidéos terroristes. YouTube pourrait perdre à lui seul 750 000 000 $ de revenus publicitaires (1). Il semble ainsi que des considérations financières, plutôt que la responsabilité morale, incitent les sociétés Internet à prendre des mesures plus vigoureuses pour nettoyer leurs plateformes des discours de haine et des incitations au meurtre.
Les pressions gouvernementales exercées sur ces sociétés sont également de plus en plus fortes. En Allemagne, le ministre de la Justice Heiko Maas (SPD) introduit actuellement une nouvelle législation imposant des amendes importantes, pouvant atteindre 50 millions d’euros, aux sociétés qui s’abstiennent d’ôter les discours de haine de leurs sites. En Grande-Bretagne, après la récente attaque terroriste de Westminster, le Secrétaire d’Etat à l’Intérieur a convoqué les dirigeants de Google, Twitter, Facebook et Microsoft à une réunion au ministère de l’Intérieur, au cours de laquelle ils ont convenu de “créer de nouveaux outils techniques pour identifier et retirer la propagande terroriste” de leurs plateformes, entre autres mesures (2).
En outre, les familles des victimes du terrorisme ont entrepris de poursuivre les sociétés Internet pour avoir diffusé les incitations qui ont radicalisé les terroristes, et conduit à l’assassinat ou aux blessures de leurs proches. Une procédure réussie de ce type entraînera un flux de nouvelles procédures, suscitant des pertes considérables pour les sociétés. Mais cela suffira-t-il à garantir un Internet propre de discours de haine et d’incitation au djihad ? Non. Pas avant que les gouvernements et les sociétés Internet ne comprennent que l’utilisation d’Internet par les mouvements djihadistes pose une réelle menace à la sécurité globale, constitue une situation d’urgence et exige d’eux des mesures conséquentes – à savoir, investir, développer de nouvelles technologies et surtout, modifier fondamentalement leur approche et les critères permettant le retrait des contenus du Net. Les objectifs du présent article sont : tout d’abord, de présenter l’étendue du problème ; deuxièmement, de démontrer le caractère inadéquat des mesures prises à ce jour pour le traiter ; troisièmement, d’expliquer la nécessité d’une approche révolutionnaire ; et quatrièmement, de présenter en détail les composantes d’une nouvelle stratégie efficace à mettre en place.