Saturday, March 18, 2017

Raymond Ibrahim : La Taqiyya et les règles de la guerre islamique

 Veuillez cliquez-ici pour lire la suite:

http://raymondibrahim.com/about/

RAYMOND IBRAHIM is a widely published author, public speaker, and Middle East and Islam specialist.  His books include Crucified Again: Exposing Islam’s New War on Christians (2013) and The Al Qaeda Reader (2007). His writings, translations, and observations have appeared in a variety of publications, including the New York Times, CNN, LA Times, Fox News, Financial Times, Jerusalem Post, New York Times Syndicate, United Press International, USA Today, Washington Post, Washington Times, and Weekly Standard; scholarly journals, including the Almanac of Islamism, Chronicle of Higher Education, Hoover Institution’s Strategika, Jane’s Islamic Affairs Analyst, Middle East Quarterly, and Middle East Review of International Affairs; and popular websites, such as American Thinker, the Blaze, Bloomberg, Breitbart, Christian Post, Daily Caller, FrontPage Magazine, Gatestone Institute, the Inquisitr, Jihad Watch, NewsMax, National Review Online, PJ Media, the UK’s Commentator, WND, and World Magazine. He has contributed chapters to several anthologies and been translated into dozens of languages.
Ibrahim guest lectures at universities, including the National Defense Intelligence College, briefs governmental agencies, such as U.S. Strategic Command and the Defense Intelligence Agency, provides expert testimony for Islam-related lawsuits, and has testified before Congress regarding the conceptual failures that dominate American discourse concerning Islam and the worsening plight of Egypt’s Christian Copts. Among other media, he has appeared on MSNBC, Fox News, C-SPAN, PBS, Reuters, Al-Jazeera, Blaze TV, CBN, and NPR; he has done hundreds of radio interviews and instructed two courses for Prager University.

Veuillez cliquez-ici pour lire la suite:

http://fr.danielpipes.org/mef.php

Le Forum du Moyen-Orient

Le Forum du Moyen-Orient est un laboratoire d'idées dont la mission consiste à définir et à promouvoir les intérêts américains au Moyen-Orient. Fondé en 1990, il devint une organisation indépendante en 1994.

«La mission du MEF»

Le Forum estime que les États-Unis ont des intérêts vitaux dans la région. Il croit notamment en l'importance fondamentale de liens étroits avec Israël, la Turquie et les autres démocraties en devenir. Il s'engage en faveur des droits de la personne humaine dans toute la région, cherche à favoriser un approvisionnement en pétrole régulier et à bas prix et soutient le règlement pacifique des rivalités régionales et internationales.
Le MEF considère la région, avec ses nombreuses dictatures, ses idéologies radicales, ses conflits existentiels, ses désaccords frontaliers, ses violences politiques et ses armes de destruction massive comme l'une des principales sources de difficultés pour les États-Unis. En conséquence, nous appelons à prendre des mesures urgentes pour protéger les Américains et leurs alliés étrangers contre ces dangers.
Pour ce faire, le Forum tente d'influencer le climat intellectuel dans lequel sont prises les décisions de politique étrangère des États-Unis en en abordant les thèmes centraux de manière accessible à un public bien informé.

Notre voix

Les collaborateurs fixes et occasionnels du Forum font chaque année plusieurs douzaines d'apparitions radio- et télédiffusées, fournissent des déclarations et des informations de fond aux représentants des médias et rédigent des articles et des livres. Ils ont participé aux émissions de Cable News Network, CBS This Morning, the NewsHour with Jim Lehrer, The Phil Donahue Show et NBC Nightly News. Leurs articles ont été publiés récemment par des journaux tels que le Boston Globe, le Los Angeles Times, le New York Times, le Philadelphia Inquirer, le Wall Street Journal et le Washington Post. En outre, nos collaborateurs informent des officiels hauts placés du Département de la Défense et d'autres agences fédérales.

Le «Middle East Quarterly»
Magazine trimestriel, édité par Michael Rubin

Le Middle East Quarterly (MEQ) est une publication audacieuse, intelligente et aimant la controverse, éditée par Michael Rubin. Ses 96 pages fournissent les faits et les développements indispensables pour comprendre la complexité du Moyen-Orient. Depuis sa fondation en 1994, le Quarterly a su conquérir l'oreille de Washington, incitant le Département d'État à réviser sa politique, aidant les lobbyistes à présenter des arguments convaincants au Congrès et fournissant aux rédacteurs de discours des réflexions politiques fondées. Dans les couloirs académiques, le Quarterly apporte un contrepoids bienvenu aux nombreuses et opiniâtres attaques contre les États-Unis et Israël. Il constitue en même temps un journal d'information politique, fournissant aux experts des éclairages de premier plan, et un instrument de diffusion, rassemblant des textes s'adressant à une large audience. On y trouve des interviews exclusives, des études inédites et des commentaires perspicaces consacrés aux thèmes politiques, économiques, culturels de notre temps.

Veuillez cliquez-ici pour lire la suite:

http://www.meforum.org/2577/taqiyya-regles-guerre-islamique

La Taqiyya et les règles de la guerre islamique

par Raymond Ibrahim
Middle East Quarterly
Hiver 2010



HIVER 2010 • VOLUME XVII: NUMBER 1

Translation of the original text: How Taqiyya Alters Islam's Rules of War
Adaptation française: Jean Szlamowicz, pour debriefing.org
L'islam doit apparaître aux non-musulmans comme une religion bien paradoxale. D'un côté, on ne cesse de la présenter comme la religion de la paix et, de l'autre, ses membres sont responsables de la majorité des actes terroristes dans le monde. Les apologistes de l'islam soulignent que cette foi se fonde sur une grande exigence éthique. Les autres constatent qu'il s'agit d'une religion légaliste. La dualité des critères de vérité et de fausseté dans l'islam révèle une nature paradoxale : car si le Coran est contre les croyants qui trompent d'autres croyants (en vertu du fait que « Allah ne guide pas celui qui est outrancier et menteur » (1), la tromperie aux dépens des non-musulmans, généralement appelée, en arabe, taqiyya, reçoit également l'approbation coranique et fait partie des actes légalement permis aux musulmans.

La tromperie musulmane peut être considérée comme un moyen, qui manque, certes, de noblesse, au service de la fin glorieuse que constitue l'hégémonie islamique de la chariah, considérée comme favorable aux musulmans et aux non-musulmans. En ce sens, il s'agit d'un mensonge altruiste, ce qui est autorisé. L'imam Mahmoud al-Masri a récemment donné en exemple une histoire où un musulman raconte un mensonge à un Juif pour le forcer à la conversion, et dont il parle comme d'une « magnifique tromperie ».

La taqiyya a deux utilisations principales. La plus connue consiste à masquer ses convictions religieuses par crainte de persécutions. Il s'agit là de pratiques historiques de la taqiyya au sein de la communauté chiite, dans tous les cas où leurs rivaux sunnites étaient plus nombreux et constituaient une menace. Inversement, les sunnites, loin d'être persécutés, ont toujours pratiqué quand c'était possible une forme de taqiyya au service du djihad contre les incroyants, faisant de la taqiyya une pratique non plus seulement de dissimulation, mais de tromperie active. En fait, le mensonge, qui a, dans l'islam, un fondement doctrinal, est souvent présenté comme égal, et parfois supérieur, aux autres vertus guerrières que sont le courage, la détermination, ou le sacrifice.
On pourra se demander comment il se fait que les musulmans soient à la fois exhortés à la sincérité et encouragés à la tromperie, et que cette dernière soit non seulement dominante mais bénéficie aussi de l'approbation divine.

Qu'est-ce au juste que la taqiyya? Comment les théologiens, ainsi que ceux qui en font usage, la justifient-ils ? Comment s'inscrit-elle dans l'éthique islamique, notamment dans son rapport avec les non-musulmans ? Et, plus précisément, quelles sont les implications de la taqiyya pour toutes les relations entre musulmans et non-musulmans ?